Proposition pour une méthodologie alternative de démocratie directe participative.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Proposition pour une méthodologie alternative de démocratie directe participative.

Message  Le_Pandu le Mer 25 Jan - 11:52

Comme je l'avais signalé lors de l'AG du 15 octobre 2011, j'ai travaillé sur une idée de méthode destinée à donner de la structure à ce que nous produisons en termes d'idées et propositions lors de nos rencontres. En voici la présentation.

PREAMBULE:

Après avoir constaté la manière dont se déroulent les réunions des Citoyens de la Démocratie Réelle à Aix en Provence, j'ai pu noter un certain nombre de points forts remarquables mais aussi d'inconvénients majeurs dans les pratiques mises en oeuvre jusque là.

Points forts:

- 1/ la spontanéité d'un rassemblement de citoyens, sans structure hiérarchique, sans parti, syndicat, ou autre association permet de libérer la parole de tous. J'ai pu à mon grand plaisir voir des gens qui ne s'étaient jamais impliqués dans quoi que ce soit formuler des idées, des propositions, participer, simplement parce qu'ils ne se sentaient pas "sous la houlette de". La parole, la pensée de nos concitoyens brûle de se libérer, ils n'attendent qu'un terrain propice.

- 2/ les "materiaux de pensée" et donc d'action potentielle ainsi libérés sont quantitativement considérables.

- 3/ l'enthousiasme généré par ce rassemblement hétéroclite mais résolument positif est un facteur extrèmement prometteur pour les temps à venir.

Points faibles:

- 1/ l'absence de hierarchie est une bonne chose, mais l'absence de structure rend ces assemblées protéiformes, amorphes même pourrait-on dire. La pensée se génère mais se disperse, se dissipe, par manque de structuration et d'aboutissement concrèt.

- 2/ la qualité des "matériaux de pensée" est difficile à évaluer par manque d'un outil pour leur donner une validation, ou simplement même les trier.

- 3/ l'enthousiasme est contrebalancé par les difficultés de prises de paroles individuelles face au groupe, seule méthode mise en oeuvre dans nos assemblées pour ce que j'en ai vu à ce jour.

Pratiques usitées à ce jour:

-la conversation libre: les Citoyens Réels forment des groupes spontanés, en général de deux à quatre-cinq personnes, afin de sortir par la parole ce qu'ils ont sur le coeur et en débattre. C'est la forme la plus simple et la plus spontanée, ne nécessitant aucune condition particulière hormis le simple fait d'être rassemblés en un lieu convenu pour échanger. C'est la base de la Démocratie Réelle, le passant qui nous découvre commence souvent à se joindre ainsi. Cette forme permet une grande production de pensée mais rien n'est fait pour en canaliser ou organiser le résultat, ce qui mène aux points faibles 1 et 2

-le groupe de travail: il s'agit d'un groupe souvent plus important allant jusqu'à la quinzaine de personnes, créé avec un thème de départ afin de recueillir les idées de chacun. Il a selon les fois été:
-non-formalisé, devenant donc un simple aiguillage de la conversation libre, avec le risque de dériver rapidement vers différents sujets de plus en plus éloignés de celui de départ. Ses points faibles rejoignent alors ceux de la conversation libre.

-formalisé par la méthode dite du "cercle de parole". Un modérateur est désigné et chacun s'exprime à son tour, le tour de parole étant matérialisé par un objet-témoin. Cette méthode présente l'avantage d'une moindre dispersion et d'une moindre confusion, ainsi que la facilité accrue à prendre des notes afin d'en faire un compte-rendu.
Cependant la prise de parole individuelle, hors du contexte d'un simple dialogue, se heurte à au moins deux écueils majeurs. Le premier est psychologique, certains individus se sentent bloqués face à ce type de situation. Le second est d'ordre pratique: 13 personnes qui écoutent et 1 qui parle génèrent moins de matériau que 7 dialogues comme en situation de conversation libre.
Au bout du compte, quand un compte-rendu est fait nous avons une longue liste d'idées et propositions, mais brute, non triée, et sans idée précise sur ce qui a été ou non le plus pertinent. Bien sûr la personne qui élabore le compte-rendu peut se charger de ces deux opérations mais possède alors de facto un pouvoir important et sans légitimité fondée ce qui est contraire à nos principes. Le groupe de travail formalisé mène donc aux points faibles 2 et 3.

-l'Assemblée Générale: elle sert le plus souvent d'évènement de cloture afin de récapituler les avancées du jour. Concrètement elle se traduit par une sorte de groupe de travail formalisé étendu à l'ensemble des participants, l'ordre de parole étant remplacé par des interventions libres et l'objet témoin par un mégaphone. Elle donne un sentiment de conclusion mais sans pallier aux points faibles des autres pratiques sus-citées.


Au vu de ces quelques remarques, il me vient à l'esprit qu'il nous manque avant tout un outil, une méthode pratique pour donner une forme intelligible, utilisable, validée par l'ensemble et triée par thèmes et pertinence à ce que nous produisons.
Partant de ma propre expérience, je me suis aperçu que je générais bien plus de matériau lors d'un dialogue, d'un débat avec une seule personne. Les arguments fusent, la pensée s'accélère, les deux protagonistes sont actifs, et il n'y a pas le problème de la gène de se tenir avec un mégaphone devant cinquante personnes.
J'ai donc pensé que nous devions chercher un moyen d'utiliser le dialogue-débat spontané pour en canaliser l'efficacité vers l'obtention d'idées triées et validées tout en conservant les avantages de sa spontanéité.

Voici la méthode que je propose, je l'avais d'abord nommée "Décantation Pluribinominale des Idées", mais ce néologisme pédant ne la servait guère, il fallait quelque chose de plus sexy vous en conviendrez ^^
Ainsi donc je vous présente la "Méthode 3D" pour "Démocratie Dialogue-Débat"


METHODE 3D

Le principe est très simple:

Au préalable:

1/ Chacun, chez lui, à son rythme, effectue un tri des idées et propositions qu'il veut soutenir au sein de la Démocratie Réelle

2/ Il donne à chaque idée un nom simple et facilement identifiable. Le nom de chaque idée est écrit sur une étiquette autocollant comme on en trouve dans toute bonne papeterie, en ménageant un espace libre en dessous. On pourrait appeler ça les Badges, par exemple.

3/ Il prépare pour chaque idée une feuille avec un texte détaillant tout ce qu'il y a à savoir sur cette idée afin de la cerner correctement. Un espace libre est aussi laissé à la suite du texte. On pourrait nommer ces documents les Pages, ou autre, à définir. Retenons le terme Page.

4/ Par ces actions préalables, le Citoyen Réel se détermine donc comme le Héraut de ces idées. Le Porte-parole au service d'une idée, son Soutien, comme vous préférez mais j'aime bien le terme de "Héraut" ça a la classe.

Sur place au sein de l'Agora Citoyenne:

1/ Chaque Citoyen Réel se munit des Pages de ses idées, et se colle sur le torse, bien en vue, les Badges associés.

2/ Il se laisse aller aux débats spontanés avec les différents participants, chacun sachant d'un coup d'oeil les idées chères à son interlocuteur, et pouvant donc le questionner, le contredire, lui formuler des suggestions, etc

3/ Lorsqu'un Citoyen Réel est d'accord et approuve particulièrement une idée portée par son Héraut, il appose sa signature sur la Page associée et une croix sur le Badge.

4/ A tout moment une idée peut être, au choix de son Héraut:
  
   -abandonnée
   -modifiée, et dans ce cas il se doit d'y adjoindre un numéro afin de garder une trace du nombre de versions. Dans ce cas le texte doit être réécrit ou complété, et chaque
   signataire consulté afin qu'il puisse éventuellement rayer sa signature.
   -portée par un nouveau Héraut en ajout ou remplacement du Héraut originel. Si une idée a deux Hérauts, les signatures acquises sont additionnées en prenant garde aux
    doublons.

A la fin de la séance, les Pages sont centralisées et leurs résultats étudiés. Le nombre de signatures donnera une idée plus claire de la pertinence et de la priorité des thèses portées par les Citoyens Réels. Cela permet de valider et donner une légitimité aux idées les plus communément appréciées.

Cette méthde de base est bien sûr ouverte à toutes sortes d'améliorations. On pourrait par exemple utiliser des codes couleur sur les Badges afin de faire des thèmes, des catégories générales d'idées. De même on pourrait utiliser différents marqueurs à la place des croix pour ajouter des nuances. De nombreuses variantes du principe devraient être ainsi envisageables.
De même si on considère que ce système peut devenir trop lourd dans une grande assemblée, on peut tout à fait l'appliquer au sein de groupes de travail plus réduits et dédiés aux idées sur la même thématique, l'Assemblée Générale servant à récapituler et entériner les idées portées par les Hérauts impétrants (oui Montebourg nous a appris un mot, alors je m'en sers Wink )

Voilà pour aujourd'hui ! J'espère et attend vos impressions, suggestions et/ou contestations constructives Wink Merci d'avance !

Le_Pandu
Admin

Masculin Messages : 70
Localisation : Aix en Provence

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum